Rechercher

Métier passion, job d'appoint ...


Ah, quel bonheur d’avoir enfin trouvé son chemin, une vie professionnelle harmonieuse et en accord avec ce que nous sommes ! Le bonheur de pouvoir enfin dire « M…e » à ce job choisit par défaut, parce qu’il fallait choisir une filière, un job sorti du bac, voir dès le collège pour certains. Ça vous parle, non ?

« Mais dois-je tout plaquer du jour au lendemain ? »

Oui et non.

Et là, il est très important d’analyser ton environnement, d’évaluer la balance « bénéfices-risques », de faire le point sur tes ressources disponibles … et je vais même t’amener plus loin, lire le présent et tracer les lignes de l’avenir : cahier des charges, plan de financement, plan marketing, plan de communication… Respire, tout va bien. Ces vilains mots, un peu barbares j’avoue, ne veulent pas forcément dire que tu vas te noyer sous des montagnes de paperasses et que ton temps tu le passeras devant un pc.

3 courts exemples.

Pour mieux t’illustrer les enjeux d’une bonne préparation à ta vie pro passion je vais te prendre des exemples rencontrés ces dernières années. (Par soucis de confidentialité plusieurs éléments ont été modifiés)

« Carole » est fraîchement divorcée avec 2 enfants de 15 et 17 ans. La revente des biens communs lui a permis de réinvestir tout de suite dans un habitat près du centre de la ville de Bordeaux. Et suite à cet achat, elle démarre une reconversion professionnelle, elle quitte le métier de commerciale grand compte après 25 ans de carrière, pour devenir réflexologue. Certif en main elle ouvre son cabinet chez elle, puisqu'une troisième chambre est disponible.

Quand on analyse cette rapide présentation de Carole, on peut en effet dire qu’elle part avec de belles cartes en main, proximité d’un centre-ville actif, habitat déjà adéquat, enfants indépendants, et financièrement stable assez stable. Et donc forcément la question du « faut t‘il conserver un emploi pour assurer les factures et se nourrir », nous parait peu pertinente.

« Cynthia » mère de deux enfants de 8 et 12 ans , n’a jamais quitté le village familial, est active au sein de l’asso parents d’élèves et d’une asso sportive, et travaille à la coop agri de la communauté de commune. Suite à une rencontre elle fait sa reconversion en tant que sophrologue et reste implantée dans son village.

Je vous le donne dans le mille, même si par rapport à Carole elle n’a pas les mêmes moyens financiers, elle a ici une force de « frappe » importante. Elle est la fille du pays. Elle a un réseau social très important, donc sa communication va vite et par conséquent en quelques mois elle commence à avoir un carnet bien rempli.

« Céline » moins de 30 ans, mariée, maman de 3 enfants de moins de 7 ans, vient de faire son premier achat immobilier (avec travaux à réaliser) dans un petit village du centre de la France. Avec son mari ils sont tous deux infirmiers. Elle plaque du jour au lendemain son emploi, car sature des conditions de travail en hôpital et moralement n’est pas en adéquation avec le traitement des patients, elle fait un véritable blocage psychologique. Elle prend dans ses économies restantes pour réaliser une première formation en massage, puis une seconde en médecine chinoise. Encore en formation, elle doit faire appel à ses parents pour l’aider à finir les fins de mois sous peine d’arrêter sa reconversion.

Céline n’ayant aucune notion de plan de financement, d’analyse de compte … a fait l’erreur comme beaucoup de se dire « je vais me trouver tout de suite des clients et gagner ma vie », car elle a en tête des personnes comme Carole ou Cynthia qui réussissent très rapidement. Heureusement pour elle, elle a su se réconcilier avec son métier premier qui vient aujourd’hui simplement comme renfort pour lui permettre de poursuivre sereinement son métier passion, même si cela lui demande plus de temps.

Avant de poursuivre, je vais répondre à ta question : « Mais pourquoi tu n’as pris que des exemples féminins ? » Pour la simple raison c’est que nos amis thérapeutes masculins sont « majoritairement », reste quelques rares exceptions, beaucoup plus pragmatiques, et partent donc moins dans le feu de la passion. Le pragmatisme serait'il une piste ? Je te laisse méditer.

Les avantages et les risques de conserver un job d’appoint.

Tu l’auras compris tout dépend de ta situation financière, de ton entourage … si tu gardes ton job d’appoint tu t’assures de pouvoir régler tes dépenses et investir dans ton activité passion (flyers, carte de visite, matériel, salon …). A côté de cela ce job d’appoint te prendra du temps que tu ne pourras pas utiliser au déploiement de ton activité. Inversement pas de job d’appoint, du temps illimité pour communiquer, mais pas de possibilité d’investissement.

Il faut donc savoir doser quand tu en as besoin. Et pour cela les jobs en mi-temps, en CDD ou interim, ils sont parfaits pour établir ton agenda.

En conclusion.

L’argent et les vecteurs de réussites étant tabous pour la majorité d’entre nous, il est important de bien comprendre 3 choses lorsque tu te lances dans ta nouvelle activité :

Ton histoire, tes ressources.

Rien ne sert de fantasmer sur les réussites réelles ou « fictives » de tes collègues. Ta seule préoccupation doit être toi. Comprendre tes forces et déceler tes faiblesses sur tous les plans, pour te permettre de développement ton métier passion.

Tempérer ta passion

Prendre du recul au lancement. Moi-même étant un petit « Bélier » j’ai commis régulièrement les erreurs d’un démarrage passionné, ce qui m'a conduit direct dans le mur, même si l’idée était plus que brillante. La passion est une chose, surtout quand dans notre cas, elle est motivée par une rupture avec le monde du travail dit "standard". Prend le temps de respirer. Ça ne te coûte rien et surtout ça te permet de faire les choses de façon optimum.

Etre accompagné

Et oui, on ne s’improvise pas chef d’entreprise du jour au lendemain, il y a tellement de paramètre à découvrir, à dompter, et on peut au cours de notre activité avoir besoin qu’on nous relève la tête du guidon.

Ponctuellement, fais le point avec un professionnel (et non un proche car ils sont, trop souvent, impliqués émotionnellement), qui t’amènera à prendre du recul et te donnera des outils de gestion ou de stratégie simple, te permettant d’évoluer sereinement.

Que ce soit avec l’un de mes collègues ou moi-même, un accompagnement stratégique évite de perdre du temps et donc te permet de gagner de l’argent, CQFD.

D’ailleurs, j'y pense, inscris-toi à la newsletter du site,

et bénéficie d’un premier diagnostic offert avec moi !


0 vue

Anne-Sophie Van Nuvel

Management stratégique - Marketing/Communication

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now